Bamena

Le 18 Août 2016, dès 09h précises, le cortège du Préfet en tournée de prise de contact, se mettait en direction de Bamena.Le Groupement de SM NJoukwe Nietcho Alexandre, Roi des Bamena s’est montré exemplaire par l’accueil réservé à Monsieur le Préfet du Ndé et sa suite. Dès l’arrivée de celui-ci, il a été directement conduit pour une courte visite à la ferme avicole de Bamena où sont élevés des poulets, suivie de quelques échanges liés aux problèmes rencontrés dans ce secteur d’activités.

De retour à la place des fêtes de la Chefferie Bamena, la cérémonie pouvait enfin commencer sous une pluie menaçante. Après exécution de l’hymne national et présentation des corps constitués, Sa Majesté le Chef supérieur des Bamena a ouvert le bal des discours. Il a présenté son groupement avec ses atouts et ses faiblesses.

Bamena est l’un des sept groupements qui constituent la Commune de Bangangté. Il compte six villages (o6) et une population estimée à 28 000 âmes encadrées par un Chef Supérieur et 06 Chefs de troisième degré.

La population locale vit essentiellement de l’agriculture, de l’élevage, du petit artisanat et du commerce. Quelques résidants sont fonctionnaires ou exerçant des activités libérales.

Sur le plan sanitaire, deux centres de santé participent au bien-être des populations. Cependant, le Roi des Bamenas note que ces centres sont en manque criarde de personnels donc celui de LOUH n’a même pas un personnel, pourtant déjà construit et équipé.

La carte scolaire du groupement Bamena compte 09 écoles primaires, 05 écoles maternelles, 01 lycée d’enseignement général, 01 lycée technique, 02 CES dont celui de NGNOU attend toujours ses premiers bâtiments.

Bien que la carte scolaire soit bien structurée, le Chef déplore la pénurie des enseignants ayant pour conséquences d’énormes charges pour les parents d’élèves qui doivent débourser des fortes sommes d’argent pour financer les honoraires des enseignants vacataires.

De l’agriculture, à Bamena, elle se pratique encore à l’aide des vieux outils avec des méthodes très anciennes.

Grâce à la politique de la Décentralisation, Bamena a remporté conjointement avec la Commune de Bangangté en Juin 2014 à Séoul en Corée du Sud le grand prix du Service Public des Nations Unies. Sa Majesté NJoukwe a saisi cette occasion pour redire une fois de plus au nom du peuple Bamena tous leurs remerciements à Madame Célestine Ketcha Epse Courtès. « Nous lui réitérons tout notre soutien pour toute action qu’elle entreprendra pour le bien-être des populations, non seulement du groupement Bamena mais de toute la Commune de Bangangté ».

L’une des doléances majeures exprimées par le premier des Bamena, c’est l’érection de Bamena en Unité Administrative. De sa voix, l’on apprend qu’un dossier à ce sujet pendant a été introduit au Ministère de l’Administration Territoriale depuis 2009. Et, le peuple Bamena compte sur l’investissement de Oumarou Haman Wabi pour l’aboutissement de cette doléance à laquelle la population aspire tant pour relancer son développement.

Monsieur Djonou François, porte-parole des élites Bamena, a dans son discours relevé que les difficultés du groupement Bamena sont nombreuses. Il y a d’abord le fait que les techniques culturales demeurent ancestrales. Ils servent encore des machettes, des houes et des pioches.

Ensuite, vient le problème de l’enclavement de l’essentiel des sites propices à l’exploitation agricole. Le réseau routier existant n’est pas dense, et celui qui existe n’est que moyennement entretenu causant de nombreuses pertes après récoltes.

Bamena étant aujourd’hui l’un des grands pool d’élevage de volaille et de porc dans le département du Ndé, et partant dans une certaine mesure dans la Région de l’Ouest. Ainsi pour déplorer, les ravages de la récente crise de la grippe aviaire n’auront pas épargné Bamena. Exhortant le Préfet à défendre la cause des éleveurs, Djonou François a en ces termes attiré l’attention du Préfet sur cette doléance : « Les éleveurs de volaille dans cette contrée vous portent un cri de détresse afin que soient levées d’urgence les mesures de restriction autrefois justifiées mais qui ont aujourd’hui perdu toute pertinence ».

Prenant la parole au milieu de ce beau monde, Oumarou Haman Wabi a reconnu à travers la visite effectuée et les discours entendus que Bamena est la vitrine du « Ndéen » terme de développement, tout en précisant que sa mission dans ce contexte et d’aider, de renforcer et d’encourager ce développement. S’agissant de la crise aviaire, le Préfet a recommandé aux éleveurs de ne point abandonner ce secteur, parce que des mesures seront prises d’un moment à l’autre par le Gouvernement, car celui-ci est au courant des difficultés existant. Il leur a rassuré que après sa tournée, il va s’atteler à faire une correspondance spéciale pour que la filière avicole retrouve ses lettres de noblesse.

S’agissant du problème d’enseignants dans les écoles, Oumarou Haman Wabi prône pour la continuité, que les parents fournissent encore ces efforts comme ils ont commencé. L’éducation des enfants est un sacrifice. En attendant la bouffée d’oxygène qui viendra de l’Etat, il a promis de porter ces doléances à qui de droit pour la création des filières sollicitées au Lycée Technique de Bamena et le renforcement du personnel enseignant dans les écoles.

Comme dans d’autres groupements où il a été accueilli, le Préfet du Ndé a déroulé le même message portant sur la paix, la sécurité et le travail. « Le problème essentiel que nous avons à Bamena qui m’a personnellement touché, c’est la culture du chanvre indien. Il y a quelques semaines, on a détruit quelques champs de productions, des personnes ont été interpellées….. Et j’engage le chef Bamena à faire un vaste tour des plantations » dira-t-il dans son discours. Plus loin encore, le Préfet constate une collaboration tiède entre la chefferie Bamena et l’Autorité Administrative qu’il représente. De son aveu, cela fait 04 mois qu’il aurait fait ce constat.

Kemta Soubi'i